Cycles sombres

€15.00
10 000.00CFA

Cycles sombres est, avec Idanre, l’une des premières traductions françaises d’un ensemble de poèmes de Soyinka. Idanre commençait au moment où le dramaturge devenu poète parlait des gestes imprévus d ’ « hommes aériens » survolant une « terre chaos » avant qu’Ogun (le guerrier rude, le chasseur habile) immobile et entouré de haches ne pulvérise Shango (le dieu de la foudre). Ensuite, dans la nuit, une montagne apparaissait, presque en même temps que des hommes marchant avec Ogun au milieu des « tours de palmiers » et des pylones à haute tension : rencontre inédite et hallucinante de l’ancien et du nouveau, du passé et du présent transitoire. Préfacé et traduit par Etienne Galle, Cycles sombres a été rédigé par un poète qui s’est risqué au cœur et aux limites d’endroits où, au nom d’ «inhumains appétits », de curieux cachots et de sinistres échafauds engloutissent, éliminent ou mutilent les hommes, les passions et les lois. En dépit des défis que la violence lance aux uns et aux autres (malgré le bégaiement ) s’annonce autre chose « qui transcende la mort, héritage des saisons ». A un moment ou à un autre adviendra sûrement la « saison de vérité ». Face à une actualité faite de chocs mortels et de terribles guerres civiles (se souvenir du Biafra), le poète redonne vigueur à une espérance qui pouvait paraître surveillée ou défaite. A Marge, une chanteuse de New York et à d’autres, Soyinka parle de lamentations parfois inaudibles. A Marge et à d’autres, il fait écouter l’écho de « voix qui se brisent ». A Marge et à d’autres, il dédie aussi des invocations, des chants et des louanges appris auprès de personnages sortis de l’univers biblique ou de la mythologie grecque, ou encore du monde yoruba. Chaka, le Zulu, croise Ogun (le redresseur de torts) à la fin de Cycles sombres.

Référence: 520
Catalog: 
isbn: 
2-87693-002-1
no_revue: 
0
titre: 
Cycles sombres
Parution: 
1987
Nombre de Pages: 
224
Poids: 
262.00
Nom Auteur: 
SOYINKA
Prénom Auteur: 
Wole
Pays: 
Nigéria
Rang: 
2
Editions: 
Reliure: 
Cousu
Collé