Articles de Cheikh Anta Diop

€30.00
15 000.00CFA

Les articles de Cheikh Anta Diop réunis en un même volume. Belle initiative de paul dakeyo ! Écrits et publiés entre 1962 et 1977, ces articles mettent en évidence les différentes perspectives et méthodes avec lesquelles Cheikh Anta Diop aborde le champ et les problèmes qu’il analyse. Le lecteur découvre ainsi les sources historiques de la pensée de C.A. Diop dans ses multiples dimensions : antériorité du fait Nègre et de l’étendue du substratum Nègre de l’Humanité, les arguments sur l’origine nègre du peuple et de la civilisation de l’Égypte Antique, l’apport de l’Égypte Antique à la civilisation et répond en même temps aux nombreuses critiques formulées par ses adversaires, à propos par exemple de l’apparition de l’Homo Sapiens en Afrique. Ses arguments présentent l’avantage de se positionner toujours par rapport à des positions déjà confirmées dans la tradition de la discipline scientifique et de la démarche historique. Grâce à une discipline de travail, telles les datations par la méthode du radiocarbone (Centre de datation de l’IFAN) des échantillons archéologiques, géologiques, prélevés tant au Sénégal, en Mauritanie, en Haute-Volta, au Tchad, au Niger qu’en Algérie ou un peu partout sur le continent africain, la démarche confirme un travail scientifique visant à lever toutes les ambiguïtés et imprécisions sur ce que C.A. Diop affirme concernant aussi bien la pigmentation des anciens Égyptiens (test de la mélanine) que la métallurgie du fer sous l’Ancien Empire égyptien. Mais comment effectuer une véritable prise de conscience de ce long parcours et de cet héritage historique ? La recherche est, dit C.A. Diop la source de renouvellement du monde, le moteur du progrès. Elle accroît l’emprise de l’homme sur la nature et fait de lui un agent actif de transformation du monde. La recherche doit donc prendre racine en Afrique afin de briser les cercles d’enfermement dans l’ignorance, dans la lâcheté et l’inertie. Comment donc enraciner la science en Afrique ? La sollicitation des langues africaines s’impose ici comme une nécessité pressante. La science et la recherche scientifique aussi longtemps qu’elles ne trouveront pas des possibilités d’expression en des langues africaines, l’Afrique restera toujours comme en dehors du système des sciences. Pour faire bonne mesure, Cheikh Anta Diop procède à un ensemble de traductions en walaf (wolof) de textes savants tels par exemple la théorie des ensembles, la physique mathématique et théorique, la relativité restreinte et générale, la chimie quantique, etc. Une telle transposition supposait une parfaite maîtrise de la langue wolof. Ce qui était bien le cas du savant Diop. Tous ces textes ainsi que leur traduction forment, comme le dit Cheikh Anta Diop lui-même, un tout qui se suit et se complète. Le lecteur (africain) attentif et sollicité, aura tout le loisir de mesurer, en la matière, ses propres possibilités comme ses propres limites. Ce qui enracinera la science et la recherche en Afrique exige aussi le plus grand dévouement, le plus grand combat.

Référence: 748
Catalog: 
titre: 
Articles de Cheikh Anta Diop
Dimensions: 16 in × 24 in × 0 in
Parution: 
2006
Nombre de Pages: 
360
Nom Auteur: 
Diop
Prénom Auteur: 
Cheikh Anta
Pays: 
Sénégal
Rang: 
1