Ouvrages

CISELURES SUR NUITS D’ECUME

MARCELLE ARCHELON-PEPIN,
Martinique. Éditions Silex, 1987.
Il y a quelque chose de brillant et de captivant dans les poèmes de Marcelle ArchelonPépin. Continuellement elle se défend contre l’envie d’accéder à une paix définitive et
se laisse emporter, la nuit, par les «tourments fous» du désir et de l’attente. Obstinément,
chaque poème parle de moments lointains qu’il faut redécouvrir infailliblement. Il y a
une volupté des mots : il suffit de dresser l’oreille pour saisir ce qu’ils ont d’étrange et
d’inconnu. Parfois terrassée par ses propres larmes, celle qui écrit se met à improviser
son propos, puisant dans la «houle de mots» entendus sur les rivages de la Guadeloupe, là
où, «au large des rochers éventrés», une «incessante rumeur» ravive des secrets terribles,
déchaîne des douleurs immenses et fait trembler des corps impétueux.