poesie

LES OMBRES DE LA NUIT DE PAUL DAKEYO UNE POESIE DE L’ABSENCE FONDATRICE

A l’origine de cette poésie de l’intimité avouée, s’inscrit le visage d’une femme aimée et connue au sens biblique du mot. Dans Les ombres de la nuit [2] qui reprend et prolonge les subjectivités tour­mentées inaugurées dans le précédent poème La femme où j’ai mal. Paul Dakeyo s’absorbe dans la réinvention du vécu, dans l’expérience affective d’une vie à l’in­térieur de laquelle se vérifie toute nostalgie.